Acteurs, partenaires, bénéficiaires

La fabrique en commun
des évaluations

Rapport 2019-2020

Le Genre

Les premiers effets sur le terrain de l'intégration
du genre dans les projets de l'AFD mis en lumière
par les évaluations

Interviews

Elisabeth Hofmann

Présidente du Groupe de référence de l'évaluation genre

« Cette mise en débat du genre est très précieuse pour pouvoir aller plus loin dans l'institutionnalisation, bien au-delà de la formulation précise des recommandations. »

 
 

Comment l'évaluation peut-elle réduire les inégalités femmes-hommes ?

Dans le monde entier, les rapports sociaux entre les sexes sont inégalitaires et défavorables aux femmes. Les pays d'intervention de l'AFD n'échappent pas à cette réalité. Les femmes ne bénéficient pas toujours des projets financés par les bailleurs de fonds et il arrive même que ces projets accentuent involontairement ces inégalités !

Peut-on inverser cette tendance ?

Oui ! En intégrant l'approche genre dès la conception des projets et tout au long de leur mise en œuvre.

 
 

L'intégration du genre
dans les évaluations

un parcours riche d'enseignements

Compte tenu des inégalités de genre qui sous-tendent les relations femmes-hommes dans les pays d'intervention de l'AFD, les femmes bénéficient souvent moins que les hommes des opportunités offertes par les projets de développement. En 2014, l'AFD a pris l'engagement d'interroger de manière systématique les problématiques de genre des projets qu'elle finance, à travers le Cadre d'intervention stratégique « genre et réduction des inégalités femmes-hommes » (CIT Genre).

Le CIT Genre invitait en particulier à ce que tous les projets octroyés soient notés avec les marqueurs genre de l'OCDE (CAD 0, 1 et 2) ; et à ce que les projets financés par l'AFD soient évalués à l'aune de la dimension genre au même titre que n'importe quel autre objectif de développement, dans un but de redevabilité, d'apprentissage et de production de connaissances.

Le département Evaluation et apprentissage de l'AFD a réalisé une analyse approfondie des 118 évaluations de projets de l'AFD achevées entre 2015 et 2019. Elle visait à connaître l'étendue et comprendre les ressorts de l'intégration du genre dans les évaluations et à identifier des pratiques inspirantes et des blocages. Au-delà de ces objectifs, il s'agissait surtout de saisir quels peuvent être les effets positifs ou négatifs d'une prise en compte du genre dans le montage et/ou la mise en œuvre des projets.

Une progression remarquable de l'évaluation de la dimension genre des projets

L'étude révèle que la part des évaluations sensibles au genre et des évaluations qui s'intéressent aux effets des projets sur les bénéficiaires féminines a progressé de 14 % à 50 % entre 2015 et 2019.

De plus en plus de projets notés CAD 1 sont évalués (objectif genre transversal) mais surtout, de nombreuses évaluations tiennent compte du genre ou de la réduction des inégalités femmes-hommes alors même que ce n'était pas un objectif initial du projet (CAD 0). Ceci a permis de relever quelques bonnes pratiques ou au contraire des erreurs conceptuelles.

La précision de la commande évaluative, ainsi que la sensibilité au genre de l'équipe en charge de l'évaluation sont deux facteurs déterminants de la prise en compte du genre dans l'évaluation.

Les efforts de prise en compte des enjeux de genre dans les évaluations commencent à porter leurs fruits mais doivent être renforcés

Les évaluations questionnent effectivement davantage les impacts des projets sur les femmes ou sur les filles bénéficiaires mais approfondissent peu la question des rapports sociaux de genre. Les dynamiques de rapports de pouvoir femmes-hommes sont encore peu appréhendées, même si l'on constate une amélioration qualitative des évaluations sur ce point depuis 2019.

L'analyse révèle également que l'évaluation de la composante genre d'un projet est souvent freinée par l'absence de données disponibles désagrégées par sexe. Lorsque ces ressources n'existent pas, les évaluations doivent alors mobiliser davantage de ressources techniques et financières pour pallier ce manque (enquêtes quantitatives, qualitatives, focus groupes, etc.).

Focus Vietnam :
L'évaluation, espace de dialogue au service
de l'intégration du genre dans un projet

Au Vietnam, l'évaluation d'un projet d'appui à la formation professionnelle illustre comment l'intégration d'une approche genre au moment de l'évaluation a permis d'ouvrir un espace de dialogue sur le genre entre l'AFD et son partenaire, dans la perspective d'une continuité d'accompagnement de ce secteur. En effet, ce projet qui devait permettre de répondre aux besoins du pays en personnes qualifiées par la restructuration de plusieurs centres de formation professionnelle, avait été monté en 2009 sans approche genre, pas encore déployée à l'AFD.

La démarche proactive de l'évaluation à la fin du programme a permis de constater une faible présence d'étudiantes dans les cinq centres de formation. Les évaluateurs ont donc formulé des recommandations pour intégrer davantage de jeunes femmes.

Ce constat partagé avec le partenaire a permis d'initier un dialogue sur le besoin de féminisation de filières qui étaient totalement masculines au démarrage du projet, afin de proposer des améliorations pour renforcer les impacts au fil du temps. A l'école de Vinh Phuc par exemple, le nombre d'étudiantes dans les filières soutenues par le projet est passé de 142 au moment de la clôture du projet en 2019 à 325 deux ans plus tard. En 10 ans, la proportion de femmes est ainsi passée de 1 % à 34 %.

Ce dialogue a aussi permis de constater que de nombreuses femmes ont été impliquées et ont bénéficié du projet à différents niveaux (enseignantes, cadres, dirigeantes, au sein des centres de formation et des entreprises partenaires). Par exemple, l'un des cinq centres de formation accompagnés est dirigé par une femme qui a pu monter en compétences tout au long du projet et soutient aujourd'hui la féminisation des filières.

L'évaluation a permis tant à l'AFD qu'à ses partenaires vietnamiens de mûrir leurs stratégies genre respectives. L'AFD conduit aujourd'hui un dialogue systématique sur le genre avec ses partenaires dans tous ses projets de formation professionnelle, y compris par la promotion de la féminisation de filières traditionnellement masculines.

Consultez l'évaluation

voir la vidéo

 
 

Focus Liban :
Favoriser l'employabilité des femmes réfugiées

L'évaluation à mi-parcours du projet « Formation et employabilité des populations vulnérables impactées par la crise syrienne au Liban » offre un exemple de bonne pratique en matière d'amélioration des conditions de vie des femmes. Le projet cible l'accès à l'emploi des jeunes et des femmes, notamment réfugiés, à travers des formations courtes qualifiantes et des formations longues de niveau baccalauréat technique, offrant des débouchés sur le marché du travail local.

Une analyse du marché du travail a été réalisée dans le cadre du projet afin d'identifier les secteurs les plus propices à l'emploi des jeunes femmes et hommes réfugiés. Elle a conclu que la filière informatique est l'une des plus adaptées pour permettre l'employabilité des jeunes femmes car elle ne nécessite pas d'investissements lourds en équipements, favorise l'auto-emploi et l'exercice d'une activité à domicile.

Des unités mobiles ont par ailleurs été déployées pour permettre aux femmes de se rendre aux formations et pallier leurs difficultés en matière de mobilité.

L'évaluation montre qu'en 2019, 53 % des diplômés sont des femmes (sur 742 personnes ayant suivi les formations). Sur 196 femmes diplômées interrogées, 45 seulement bénéficient d'un emploi salarié. Cela constitue néanmoins un résultat encourageant si l'on considère que le taux de participation des femmes au marché du travail n'est que de 22 % au Liban, contre 48 % en moyenne mondiale.

Quatre jeunes femmes interrogées ont indiqué être satisfaites de l'effort fourni par le partenaire local pour convaincre leurs familles de les laisser réaliser un stage et travailler. Certaines sont parvenues à établir leur activité chez elles et expriment avoir une plus grande estime d'elles-mêmes.

Consultez l'évaluation

 

« L'évaluation a favorisé l'émergence d'une communauté de pratiques plus large et a fédéré en ce sens les référents genre de l'institution. »

lire l'interview

Hélin Yildiz Fellahoglu

Chargée de mission Appui genre aux opérations,
Cellule Lien Social,
Département des opérations à l'AFD

Focus Maroc :
Les femmes dans les tramways marocains

L'évaluation ex-post des tramways de Rabat-Salé et de Casablanca a révélé des bénéfices genre non anticipés. En phase d'instruction en 2008, l'AFD n'avait pas encore de stratégie genre et le projet n'intégrait pas cette dimension en tant que telle. Au final, la fréquentation des tramways est moitié femmes, moitié hommes alors que les marocaines sont moins mobiles en moyenne. Elles utilisent plus les tramways car ce mode de transport est appréhendé comme plus fiable, plus sûr et plus confortable que ses alternatives, bus ou véhicules individuels.

Les femmes apprécient particulièrement le gain d'accessibilité vers de nouveaux quartiers, l'espace apaisé et le sentiment de sécurité apporté par la présence de personnels en station et dans les rames, en journée et en soirée.

Certaines préfèrent également emprunter la « rue du tramway » pour leurs trajets à pied, cet axe étant plus agréable et moins exposé aux risques d'agression grâce aux aménagements urbains intégrés au projet, notamment l'éclairage aux abords du tramway.

Consultez l'évaluation

L'évaluation

Progrès et défis de
l'intégration du Genre dans les projets de l'AFD

Lancée en juin 2019 afin de contribuer à l'amélioration des pratiques opérationnelles de l'AFD dans le domaine du genre et de la lutte contre les inégalités femmes-hommes, l'évaluation de la prise en compte du genre dans les projets de l'AFD (2014-2018) est sur le point d'être finalisée.

Cette évaluation vise à rendre compte des effets du déploiement de la stratégie de transversalisation du genre « Genre et réduction des inégalités femmes-hommes » (CIT Genre) adoptée début 2014. Elle s'intéresse à la fois au portefeuille des projets genre financés par l'AFD dans tous ses secteurs d'intervention, à l'évolution de ses stratégies opérationnelles, ainsi qu'à l'efficacité de l'organisation interne déployée pour mettre en œuvre le CIT Genre.

Résolument participative, elle est menée par des consultant.es externes et s'appuie sur un groupe de référence de plus de 30 personnes associant notamment les référent.es genre de toutes les structures opérationnelles de l'AFD. La co-construction de différents outils d'analyse, des constats évaluatifs et des recommandations, ainsi que les discussions régulières sur les travaux ont permis de consolider le dialogue interne et de nourrir le processus d'apprentissage de l'AFD en matière d'intégration du genre.

Des progrès tangibles accomplis

L'évaluation conclut que la mise en œuvre du CIT Genre a effectivement modifié la prise en compte du genre dans les pratiques de l'AFD. Les outils développés, les actions de renforcement des capacités des équipes, ainsi que le rôle de plaidoyer joué par la structure en charge de l'appui environnement et social, ont permis d'améliorer la prise de conscience sur l'importance du genre dans les projets. Dans le même temps, les connaissances et compétences en la matière des équipes opérationnelles au siège ont progressé.

L'évaluation relève la progression notable de l'intégration du genre dans le portefeuille de projets financés par l'AFD : on passe de 34 % de projets notés CAD 1 (objectif genre secondaire) et CAD 2 (objectif genre principal) en 2014, à 49 % en 2018.

L'objectif phare du CIT (50 % de projets genre en 2017) a presque été atteint, grâce notamment au financement de projets portés par les organisations de la société civile, souvent déjà sensibilisées sur le genre et qui jouent un rôle crucial dans sa prise en compte, et grâce aux projets à objectif genre secondaire (86% des projets genre sur la période 2014-2018).

Des défis encore à relever

La mise en œuvre de la stratégie genre a nécessité des réorganisations internes pour pouvoir être déployée efficacement. Son pilotage et sa coordination, la conception des outils méthodologiques et des formations ainsi que l'animation du réseau des référent·es genre dans les différentes structures opérationnelles, ont nécessité un renforcement de sa gouvernance et des moyens initialement alloués. Les moyens humains ont notamment dû être renforcés au regard des besoins d'appui.
Par ailleurs, si le genre fait effectivement partie des grands objectifs stratégiques de l'AFD, cette problématique, portée plus récemment que celle du climat par nombre de bailleurs internationaux, monte progressivement en puissance et doit continuer à être appropriée à tous les niveaux de l'institution.

L'évaluation relève également que les agences de l'AFD ont rencontré sur le terrain de fortes difficultés pour engager un dialogue sur le genre avec les contreparties lors des phases de conception des projets. De ce fait, l'intégration du genre est souvent impulsée plus tard, lors de l'instruction des projets. Or, l'analyse qualitative du portefeuille montre que l'intégration effective de la dimension genre dès la phase de conception des projets, accompagnée d'un dialogue continu avec les contreparties tout au long du projet, est essentielle pour optimiser l'atteinte des objectifs.

Une prise en compte des faiblesses initiales et des transformations stratégiques

Depuis 2019, l'AFD, s'est engagée à être une agence « féministe » en s'inscrivant dans le cadre de la diplomatie féministe française. Il s'agit d'un engagement transformationnel pour intégrer de manière fondamentale le genre dans les projets de développement, les partenariats, la communication et en interne. Concrètement, cela s'est traduit par une réorganisation interne, la création du pôle genre avec des effectifs dédiés (6 personnes et des consultant.es) chargé de mettre en œuvre des initiatives stratégiques sur le genre, de structurer et déployer une offre de services d'appui et de formation, et par la promotion d'une politique de ressources humaines sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

en savoir plus

En chiffres

118

évaluations de projet
analysées

+50%

des évaluations sensibles
au genre en 2019

Crédits photos
Intégration du genre : ©Rodrig MBOCK
Vietnam : ©NguyenLanAnh / AFD
Rabat : ©Ambrosius Baanders